Cupidon est mort

Le Cupidon est mort

Il a été tué.
Surtout pas de remords

C’était un enculé !

Il ne pourra plus jouer

Avec nos sentiments

L’archer tant détesté

De nous, pauvres amants.

On l’a trouvé gisant

Dans une mare de sang.

Une flèche l’a transpercé,

L’arroseur arrosé.

L’aveugle est décédé

Qui a bien pu le tuer ?

Une femme bafouée ?

Un amant rejeté ?

Qui a tué le p’tit con ?

Sept milliards de suspects.

Ca va être coton

Pour trouver qui l’a fait !

A t-on idée aussi

de provoquer ainsi,

de narguer les amants,

de faire pleurer les gens ?

Cupidon n’est plus.

Finis les contes de fées,

Les illusions insensées

Des amours foutues

Il est mort, son sort

Me rejouis encore et encore

Car je ne suis qu’un poète

Qui tiens sa revanche

Par ces mots flèchettes

Que je lui craches

En plein cœur.

Publicités