Compte à rebours

Bientôt les cloches de l’angoisse vont

Retentir au milieu du tumulte et des cris

Ma nation est sur le rail de la désolation

Et, dans l’air, ça sent la barbarie.

Alors que de par le monde on crie

« Mondialisation ! » ; « Vive la démocratie ! »

Mes compatriotes restent primitifs d’esprit

Et dans notre quotidien se consolide l’anarchie…

« Ça va se passer comme je le décide

Et le ciel ne tombera pas sur nos têtes ! »

La phrase est devenue classique

Et la répression, cette arme terroriste

Qui kidnappe la liberté d’expression

Et assassine celle de manifestation

A mis à genoux nos droits et devoirs citoyens

Foule notre dignité et viole notre constitution

En les hissant sur le mât des vauriens.

Dix-neuf décembre, loin de moi la critique

Es-tu juste une date comme d’autres

Ou une date porteuse d’un virus de panique

Qui contaminera l’espoir d’une alternance politique

De toute une nation pour la réduire en cendres ?

Pourquoi annonces-tu d’horribles métamorphoses ?

Est-ce nos jours que tu veux rendre moroses

La femme veuve, laisser aux jeunes des handicaps

Ou ôter au ciel le soleil, les étoiles et leur éclat ?

Le compte à rebours est lancé, ça nous donne des frissons

La liberté de répression contre celle de manifestation

Laquelle va l’emporter sans nous rendre malheureux ?

Tel est notre impasse, notre lendemain est nuageux.

S’il est vrai qu’en cette inquiétante date

Le ciel ne va tomber sur nos têtes

La terre ne s’ouvrira-t-elle pas sous nos pieds ?

Est-ce dans un chao total où nous allons nous précipiter ?

Par Jean-Fraterne Ruyange

Publicités

Les sondages

Il leur faut des sondes

Car ils polluent les ondes

Et tout le monde les gronde !

Ils agonisent, c’est sûr

Il leur faut une bonne cure !

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces calculs ?

Est-ce une mauvaise perception de la réalité
Ou une manipulation consciemment délibérée

Pour nous lier, aveugles, à leur magouille ?

Ils ont proclamé Hillary aux USA

Contre toute attente, Donald l’a trempé

Dans la défaite, non, nulle surprise, la réalité est là

Ils l’ont masquée, par leurs ondes, ils l’ont voilé.

Pour Alain, ils ont dessiné les primaires de la droite

Mais Fillon n’a pas eu tort à les juper

Leurs manœuvres, à tous les coups, se galvaudent

Le peuple refuse à s’y confier, se sachant duper.

Et en RDC, ils prétendent que le mandat

En cours va jusqu’en 2018, ça c’est leur date, voilà

Oui, leur date à eux, la date de mon peuple c’est le 19

La date où nous allons tout balayer et tout rendre neuf.

Ils agonisent sans doute, leurs sondages sont malades

A leurs sondages, il faut des sondes ou une transfusion

En effet, je les gronde, tout le monde les gronde.

Nous ne sommes pas liés par la tuméfaction de leurs actions

Qu’ils agissent comme ils veulent, c’est leur date

A la nôtre, nous allons passer à l’action

Qu’ils en prennent acte!